LA CONSCIENCE DE SOI

  1. Woman Meditating bxp27179h

    LA CONSCIENCE DE SOI

Se subjectiver, c’est prendre acte de son identité attribuée, mais aussi s’approprier cette identité. Ce travail de subjectivation permet l’accès du sujet à un savoir sur lui-même et du rapport que le sujet entretien avec ce qui le détermine ».

Nous sommes les seuls dans le règne animal à bénéficier d’une conscience réflexive, c’est-à-dire à avoir la capacité de nous interroger sur nous même et de nous poser des questions fondamentales telles que « qui suis-je » « de quoi je suis capable ».

Cette capacité psychologique est sans doute ce qui a permis à notre espèce de s’adonner à l’art, la philosophie, la science….

La capacité de se représenter les pensées des autres ne doit pas, de même tourner à l’obsession de ce qu’ils peuvent penser de nous. Faute de quoi, on finira par imaginer derrière la moindre critique, une forme de jugement ou une marque de désapprobation.

Les doutes sur soi font partie intégrante du fonctionnement psychologique de tout être humain. Mais cela peut être pour le meilleur (conscience de soi, capacité de se remettre en question) comme pour le pire (autocritique et auto dévalorisation excessive) en effet, de très nombreux problèmes psychologiques sont liés à des doutes excessifs sur soi. En voici 3 niveaux les plus visibles.

 

le déficit d’affirmation de soi : consiste à ne pas oser agir comme on le souhaiterait face aux autres. Par exemple pour dire non ou exprimer son mécontentement, parce qu’on anticipe que cela va déranger, peiner ou provoquer un conflit. Il représente un problème visible pour la personne comme pour son entourage.

Le manque de confiance en soi : consiste à douter de ses capacités à réussir ce que l’on entreprend, parce que l’on est plus sensible à la douleur de l’échec qu’au plaisir de la réussite. Il ne se perçoit pas forcément de l’extérieur, mais la personne qui en est victime en est, elle, parfaitement consciente.

La mésestime de soi : consiste à ne s’apprécier ni s’aimer. Elle comporte des dimensions conscientes (l’insatisfaction visant de nombreux aspects de la personne et l’autocritique systématique) mais aussi des dimensions inconscientes (par exemple, des conduites répétitives de mise en échec).

 

Avis de votre psy

Comment s’en sortir ? Le plus logique semblerait d’intervenir directement sur l’estime de soi qui représente souvent le socle des problèmes de confiance en soi et d’affirmation de soi.

Mais ce n’est pas toujours la solution la plus efficace ni la plus simple. D’abord parce que modifier l’estime de soi n’est pas facile, elle repose sur des réflexions émotionnelles souvent longues à faire évoluer. Ensuite parce que les interventions sur la confiance en soi et l’affirmation de soi, plus simples, vont aussi modifier en retour l’estime de soi. Ces trois dimensions sont en interaction constante.

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Secured By miniOrange